PWA Costa Brava 2012

Publié le par Vianney André

Je participais du 12 au 17 Juin à ma première étape de la Coupe du Monde de Slalom à Sant Pere De Pescador en Catalogne.

 

c486a03c40.jpg

 

Je suis venu sur ma première étape de coupe du monde sans un réel objectif de performance ( en terme de résultat je veux ainsi parler ), je venais pour découvrir et jauger les forces en présence ( Dieu sait qu'il y en a !!).

 

  • Je vais ainsi vous expliquer comment se déroule une manche pour mieux comprendre le Slalom.

Étant 64, nous avons fait 8 groupes de 8 coureurs : ce sont les 8ème de final. Dans chaque groupe, les 4 premiers passent au tour suivant (même principe qu'en natation par exemple). 

Nous avons ensuite 4 ¼ de final, les 4 premiers passent en ½ final.

Ensuite nous avons deux demi final, où les quatre premier de chaque accèdent à la final gagnante et les quatre derniers à la final perdante.

Une fois que nous avons finis les finales gagnantes, nous avons bouclé UNE course (en environ 1H45). C’est donc une course très longue, avec beaucoup d’attente si l’on se fait sortir dès les 8ème de final… ce qui fut mon cas à chaque fois).

 

410861_446927848658638_641633536_o.jpg 


Résultat : un niveau très élevé et très homogène. Il n'y a pas de "mauvais".

 Dès le premier tour (8ème de final)on pouvait se faire piéger et passer à la trappe (y compris les meilleurs). Ce qui demandait beaucoup d’attention et de concentration dès les premiers tours.

Les vitesses sont quasi identiques (hormis pour les meilleurs qui trustent les finales gagnantes évidemment), il faut donc soigner les points clés d'une course pour pouvoir faire la différence : le départ, les  jibe (il y en avait quatre en tout), les relances, et le placement par rapport aux adversaires.

L'organisation est très efficace sur l'eau et réagit extrêmement vite pour profiter un maximum des conditions, mais elle sait aussi choisir les moments opportuns pour valider une course (elle sait attendre pour courir dans de meilleurs conditions).


Pour moi cela a été difficile de passer d'une pratique encadrée (coachée) et régie par des règles ISAF à une pratique autonome qui procède avec aucune système arbitrale (ou la loi du plus fort à la bouée).

 Il faut donc pour pouvoir être devant ( ce n'est que mon avis ) emmagasiner un maximum d'expériences, participer à un maximum de compétitions pour avoir justement l'engagement suffisant pour passer outre les règles. 

 

9161cdc9c7


Ça a été pour moi une super expérience, le résultat parle de lui même (58/64, ce qui est ma pire compétition en terme de résultat pur) mais j'ai extrêmement appris en une semaine de compétition et cela m'a donné goût aux World Cup.

 Je prévois donc de participer fin Août à celle qui se déroule en Turquie, pour m'y préparer au mieux je suis en ce moment sur Tarifa (la Mecque du windsurf) pour profiter des super conditions d’entraînements présentes.

 

acd4218665.jpg

 

Pour l'instant je profite de  jours de soleil, chaleur et vent à Tarifa ! 

 

Ps: on n'oublie pas mon projet : link, il me reste 12 jours pour le boucler. Je compte sur vous et votre générosité ! 

 

A bientôt 

Commenter cet article